Catégories
Informations Nouveautés

Lamborghini Urus Performante

La performance, toujours. Comme si sa gamme de série ne l’était pas suffisamment, Lamborghini en garde toujours un peu sous le pied pour proposer des voitures démentielles. Parmi elles, les Aventador SV, SVJ, ou les Huracan Performante et STO. Depuis 2018, un nouveau modèle a été présenté, le premier Super-SUV au monde, d’après Lambo, l’Urus. Il a droit lui aussi au même traitement.

Il était très attendu. D’abord présenté sous forme de concept-car en 2012, le premier SUV de la marque (sans compter le LM002) devait arriver rapidement. Mais les décisions au sein du groupe Volkswagen ont pris plus de temps que prévu, et les plans ont été retardés. La version finale est dévoilée en décembre 2017. Est-ce encore une Lamborghini ? La marque répond à l’affirmative, mais le monde de passionnés n’est pas convaincu. En effet, les proportions, les arêtes marquées, les lignes torturées, il remplit en partie le cahier des charges du design d’une voiture au Taureau. A l’intérieur aussi, on retrouve des éléments chers à la marque de Sant’Agata Bolonese. Du point de vue technique, ça coince un peu. Synergies obligent, le SUV italien reçoit des équipements en provenance d’Audi, de Porsche, de Volkswagen, donc côté exclusivité… De plus, il est le premier modèle de la marque à avoir un moteur suralimenté. Et un moteur, là aussi, manquant un peu d’exclusivité, puisqu’il s’agit du V8 4.0 biturbo du groupe, poussé dans ses retranchements pour l’occasion. S’il développe jusqu’à 640 chevaux dans le Porsche Cayenne Turbo GT, il en avoue 10 supplémentaires dans l’Urus. Les essais de la presse rapportent qu’il est efficace, qu’il est très dynamique pour un SUV mais que l’âme Lambo n’est peut-être plus vraiment là… Où résiderait le manque ? Le charme du moteur sans doute, celui de grimper dans les tours, encore et encore, sans s’épuiser.

Une chose est sûre, question âme moteur, la nouvelle version ne va pas convenir aux afficionados. Nous le verrons plus tard.

Pour l’heure, intéressons-nous au design de l’automobile. Comme il est de coutume aujourd’hui, la fibre de carbone s’invite un peu partout dans la voiture. Son rôle premier est de faire baisser l’aiguille de la balance davantage vers le minimum, mais il en a un autre, de rôle. Avec les films de protection, les traitements etc. Lamborghini a décidé de laisser apparente la fibre de carbone sur le capot, avec pour résultat un gain d’agressivité marqué. Bien évidemment, cela reste une option. Conçu pour l’efficacité sur piste, l’Urus Performante gagne encore en muscle avec des voies élargies, des pare-chocs allongés afin de baisser la traînée et d’augmenter l’appui. La longueur de la voiture passe ainsi de 5,11 à 5,13 centimètres. Ce ne sont que 2 petits centimètres, surtout compte-tenu de la taille de la voiture à l’origine, mais d’après la marque ils font beaucoup. A l’arrière, on aperçoit un aileron dans la continuité du toit, qui a pour rôle d’exercer une force sur l’arrière. Et pour cause, l’on apprend qu’il apporterait 38% d’appui supplémentaire sur le train arrière. De quoi améliorer les performances ?

Le moteur a eu droit à quelques corrections, avec une puissance en hausse de 16 chevaux, faisant monter le tout à 666 chevaux. Chiffre du diable ! Il torture ainsi ses pneus pour effacer le 0 à 100 km/h en 3,3 secondes, également grâce à son couple démentiel de 850 nm. Départ lancé sur une longue ligne droite, le Super-SUV peut afficher 306 km/h sur son tableau de bord. Un petit régime a été réalisé, faisant disparaître 47 kg sur la balance, ce qui en laisse encore 2150… Ça, c’est sur le papier. Mais le juge de paix, on le sait, c’est un circuit. Et quoi de mieux, en amont de sa présentation sur le sol américain, que de battre un record aux Etats-Unis ? Non, le record de la Czinger 21C sur le Laguna Seca n’a pas été battu, il est hors de portée de l’Urus, aussi Performante soit-il. L’Urus s’est intéressé à la montée de Pikes Peak. En 2018, l’Urus avait déjà grimpé cette piste de presque 20 km en 10’49’’902. Avec les améliorations apportées sur le Performante, le temps descend à 10’32’’064.

Super-SUV ou seulement SUV sportif, l’Urus est une réussite. Pas dans mon esprit mais commerciale. En 2021, il représentait 60% des ventes de la marque sur la planète. Nul doute que son évolution connaîtra le même sort.

Par Iwen

Passionné d'automobile de toutes époques, je suis étudiant à l'ITM Graduate School au Mans, avec pour objectif de travailler dans le domaine de l'automobile.

Une réponse sur « Lamborghini Urus Performante »

[…] c’est l’Urus. Le Super SUV italien connaît une première version sportive, nommée Urus Performante, comme la première Huracan dévergondée. Ici, point de système aérodynamique actif ALA, ni de […]

Laisser un commentaire