Catégories
Informations Nouveautés

Porsche 911 Sport Classic

Que diriez-vous d’acheter une voiture anachronique, tellement de bon ton finalement, et qui fait honneur à l’histoire de sa marque ?

S’il est une marque qui manie avec excellence les éditions limitées sur des modèles qui ne le sont pas, c’est bien Porsche. Quoique, Lamborghini y arrive bien aussi… Mais aujourd’hui, c’est de Porsche dont on va parler, et de sa lubie de faire des voitures qui se ressemblent, mais qui arrivent toujours à nous donner envie… Depuis plusieurs générations, celle qui s’arrache, c’est la 911 Speedster. Et pour cause, la proposition est intéressante. Grossièrement, la recette de la Speedster c’est une GT3 cabriolet. Cependant, la 991 a été privée d’une édition spéciale que la 997 avant elle avait reçu, la Sport Classic. En référence à la mythique 911 2.7 RS de 1972, Porsche a proposé un hommage à cette voiture avec la 997 Sport Classic. Pour la reconnaître, c’est simple, à l’arrière le capot moteur est surplombé d’une « queue de canard » faisant office d’appendice aérodynamique. Aujourd’hui, cette originalité arrière se paye à un prix supérieur à 350.000€ en occasion.

Sinon, la 992 en propose une mais…

Mais il y a plusieurs soucis. Décrivons-là d’abord. Comme pour la 997 avant elle, les différences à l’avant sont ténues. Elle ressemble à s’y méprendre à une Porsche 992 Turbo classique. Or, elle est bien plus que ça. L’intérieur des phares est en noir, alors qu’ils sont couleur carrosserie normalement. Oui, ce n’est qu’un détail, difficilement visible. Alors, pour faciliter la distinction, Porsche rend hommage à la 2.7 RS en intégrant à nouveau un aileron « queue de canard ». Fabriqué en PRFC, plastique renforcé de fibres de carbone, il est dessiné de telle manière à refroidir le moteur. Car la 992 Sport Classic en a besoin de refroidissement. Non pas qu’elle soit surpuissante – encore que… – mais c’est surtout qu’elle se base sur la 992 Turbo S, mais que pour des raisons esthétiques, elle retire les entrées d’air latérales. La pureté y gagne, mais les ingénieurs ont dû se faire des cheveux blancs pour compenser cette perte d’apport en air… De profil, cet aileron inédit donne une impression de dynamisme, même à l’arrêt. Afin de rendre la Sport Classic unique dans la gamme, Porsche a dessiné de nouvelles jantes, mais de mêmes tailles que les Turbo, des stickers numérotés de 1 à 99 et conçu une nouvelle couleur. En référence à la 356 Speedster, la Sport Classic peut arborer une teinte baptisée Sport Grey Metallic. 3 autres peintures sont disponibles en option.

Quant à l’intérieur, cela reste dans le pur style Porsche. Elégant, technologique, tout à la fois et pourtant accueillant. On se sent dans son salon, prêt à rouler des heures sans se fatiguer, tout en effectuant quelques exercices. Et c’est à cela que sert la Sport Classic. Elle se positionne exactement dans cette fonction. Entre une GT3 pistarde et une Turbo S très typée GT, la Sport Classic se veut être prête à arpenter les lacets de montagne, les grands virages mais aussi les plus petits. Même si elle se base sur la Turbo S, la nouvelle venue réussit à retirer la traction des roues avant. Désormais, elles ne sont là que pour diriger la voiture. Pure propulsion, elle réussit même à quitter la boîte automatique pour une manuelle à 7 rapports ! La plus puissante Porsche à boîte mécanique ! Afin que cette dernière encaisse la force du moteur, celui-ci a été dégonflé – façon de parler – à 550 chevaux et 600 nm de couple, contre 650 chevaux et 800 nm pour la Turbo S.

La voiture galope alors vers l’avant de 0 à 100 km/h en 4,1 secondes, et de 0 à 200 km/h en 12. Dans l’absolu, ce ne sont pas des performances si impressionnantes que cela, Porsche nous ayant habitué à battre des records. Mais en réalité, la Sport Classic n’a pas la vocation d’aller chercher le chrono mais simplement de rendre hommage à l’une, si ce n’est la, plus belle Porsche. C’est pourquoi l’habitacle se pare de couleurs chaudes, d’assises en tissus pied de poule, d’élégantes boiseries. Utilisé pour la première fois dans la 918 Spyder et jamais depuis, un cuir spécial recouvre la planche de bord, un matériau doux et moelleux au toucher. La recherche du chrono, à d’autres, ici c’est le plaisir qui compte. Devant le passager, la boite à gants, et au-dessus de celle-ci, un badge. Qu’y est-il inscrit ? 1 of 1250. Eh oui, la Sport Classic est une édition limitée, qui fait payer cher sa transmission. Elle est en effet proposée hors option à 280.603€. Pour ce prix, la Sport Classic en donne beaucoup, et a l’avantage d’alléger la liste des options : elle a les plus intéressantes et performantes. La référence, l’exclusivité tout en gardant la polyvalence, Porsche réussit avec brio toutes ses éditions limitées. Chapeau !

Faut-il vraiment l’acheter ? La réponse est affirmative. Pensez-donc : une Turbo moderne propulsion, j’en rêvais depuis si longtemps… Elle est belle par sa ligne et rebelle par ses caractéristiques techniques. Mais je me tourne plus volontiers vers la 992 GT3 Touring, qui comme la Sport Classic a une boîte mécanique, et est une propulsion. En prime, elle a un moteur atmosphérique. Le tout pour 100.000€ de moins, hors option cela dit. Personnellement le choix est fait. Mais la Sport Classic sera un collector, à coup sûr !  

Par Iwen

Passionné d'automobile de toutes époques, je suis étudiant à l'ITM Graduate School au Mans, avec pour objectif de travailler dans le domaine de l'automobile.

Laisser un commentaire