Catégories
Informations Nouveautés

Peugeot 408

La Peugeot 308 est une berline compacte, la 508 une berline coupé, que sera la 408 ? Il faut lire la suite pour le savoir.

Qui l’eut cru, à la présentation et à la commercialisation du premier BMW X6 que cette carrosserie, il faut le dire, peu élégante du SUV bavarois de 2006 que disposer d’un SUV coupé dans sa gamme allait devenir la norme pour monter en gamme ? Qui ? Personne, nous sommes bien d’accord. Jeremy Clarkson, de Top Gear UK, lors de l’essai du X6 premier du nom, en était venu à cette conclusion : il est impossible que cela se vende dans le contexte actuel. A l’époque, la crise des subprimes faisait rage, et le X6 n’était clairement pas donné… Mais BMW y a cru dur comme fer, et cela a payé. Aujourd’hui, le X6 vit paisiblement sa 3ème génération quand les concurrents ont sorti leurs premières qu’il n’y a peu de temps. Et les généralistes aussi se sont intéressés à ce concept. Ces marques voient d’un bon œil la rentabilité, et ont voulu leur part du gâteau. Ainsi naissait le Renault Arkana en Russie en 2018, puis en 2020. Depuis sa commercialisation en mars 2021, près de 18.000 Arkana ont été vendus, rien qu’en France, et pas pendant une année ni normale ni entière. Un joli score pour un véhicule proposé à partir de 30.000€… Alors, Peugeot veut aussi la part du Lion…

Aussitôt dit aussitôt fait. La Peugeot 408, que nous n’avons pas beaucoup surpris sur la route, nous arrive cette semaine. Sans surprise, il adopte une silhouette dynamique avec ce profil fastback, avec cette vitre arrière inclinée. C’est exactement ce qui fait le charme de ce type de véhicule. D’ailleurs, Peugeot vise justement des personnes à la recherche d’une ligne originale, plutôt que celle, plus basique d’un SUV compact. La 408 se positionne donc à mi-chemin de la berline, par sa nomenclature à simple zéro et sa ligne de berline coupé, et du SUV, par ses proportions, ses codes stylistiques. Une chose est sûre, Peugeot a une fois de plus mis à contribution ses designers pour créer un SUV qui ne laisse pas indifférent. La calandre, couleur carrosserie, arbore fièrement le nouvel écusson de la marque. Les lignes sont acérées, et sont presque trop nombreuses, en comparaison avec un Arkana très pure, conventionnel. Mais, jusqu’ici, c’est ce qui plaît aux clients de Peugeot. On retrouve les codes des SUV, avec les grosses roues, de 17 à 20 pouces, les protections noires qui ajoutent du dynamisme à la voiture. Peugeot a voulu faire de sa 408 un modèle d’efficience. C’est pourquoi, dans la continuité du toit et au-dessus de la vitre arrière, nous distinguons deux éléments aux extrémités, guidant l’air. Chez Peugeot, ils appellent cela des « oreilles de chat ». Qu’importe le nom, pourvu que cela fonctionne.

A l’intérieur, les habitués des dernières réalisations Peugeot ne seront pas dépaysés. Le Peugeot I-Cockpit est de la partie dans son ultime génération. Derrière le petit volant, chauffant en option, une dalle numérique de 10 pouces transmet les informations principales, la vitesse, le rapport engagé, le mode de conduite… Avec la finition GT Line, la plus haute, cet écran projette les informations en 3D. Le reste de la planche de bord a été dessiné en fonction de l’architecture « high vent » des aérateurs. Ces derniers sont disposés en hauteur de la planche de bord de manière à injecter de l’air aux passagers avant directement vers leurs visages, pour leur garantir un confort thermique optimal. Conséquence de cette architecture d’aération, l’écran central de 10 pouces est positionné plus bas, et toujours suffisamment orienté vers le conducteur sans en exclure le passager, dixit la marque. On verra en réalité ce qu’il en est. Un combiné digital incliné vers le haut dispose de plusieurs I-Toggles, qui remplacent les boutons physiques existants jusqu’alors, et configurables à l’envi. Ainsi, d’un appui sur une des fonctions, comme le chauffage, et l’écran tactile central affiche le menu chauffage. Pour ce qui est de la navigation, Peugeot fait confiance à la marque française TomTom. Les mises à jour des systèmes, de navigation mais aussi du I-Cockpit, se feront « over the air », c’est-à-dire grâce aux multiples antennes relais que la voiture rencontrera en roulant.

D’un point de vue de la vie à bord, la 408 ne semble pas mal accueillir ses occupants. A l’avant, les sièges sont réglables électriquement, en option, et peuvent être massant et chauffants. Ils ont même reçu le label AGR, Aktion für Gesunder Rücken. Il s’agit d’une agence allemande – vu le nom, on s’en serait douter – délivrant des labels pour affirmer d’un bon maintien, d’un bon accueil des occupants par les sièges. Que ce soit pour le dos ou pour l’ergonomie. A l’arrière, malgré la silhouette fastback, l’accueil semble généreux même si, là encore, on attendra d’en avoir un sous nos yeux pour en juger. D’une longueur totale de 4,69 mètres, et logé sur un empattement de 2,79 mètres, la 408 promet un espace aux genoux de 188mm à l’arrière. Cela dit, la marque ne nous dit pas la position du siège avant lors de cette mesure… La banquette dénombre 3 ceintures et est rabattable, en 60/40.

Le système d’info-divertissement peut compter jusqu’à 8 profils différents et connecter 2 téléphones en Bluetooth®. En bon véhicule destiné à la fois aux familles et aux célibataires connectés, l’habitacle de la 408 est à la pointe de la technologie. On compte quatre ports USB-C, deux à l’avant, autant à l’arrière, un espace de charge à induction à l’avant. Le système audio est confié à l’équipementier français Focal®, qui propose dix haut-parleurs dans toute la voiture. De plus, les vitres sont épaissies pour garantir un confort acoustique extrême aux occupants. Les espaces de rangements sont également nombreux, avec jusqu’à 33 litres de rangements dans l’habitacle. Quant au coffre, on parle d’un espace allant de 536 à 1611 litres de coffre une fois la banquette rabattue. Dimensions auxquelles s’ajoutent 36 litres sous le tapis de coffre, uniquement pour la version thermique.

Une fois de plus, la technologie s’invite dans la proposition de la voiture. De série, la 408 est livrée avec 6 caméras et 9 radars, discrètement positionnés, comme dans le logo du lion à l’avant. Ces radars et caméras contribuent au fonctionnement des programmes du Pack Drive Assist. Ce dernier comprend, entre autres, le régulateur de vitesse adaptatif, la vision de nuit, les radars d’angles morts longue portée (jusqu’à 75 mètres), l’alerte arrière de trafic lors de marche arrière, la caméra de recul 180°, le freinage d’urgence, l’alerte de franchissement de ligne involontaire, l’alerte d’attention du conducteur, la reconnaissance des panneaux… Mais ce n’est pas tout, car un Pack Drive Assist 2.0 est disponible en option promettant un nouveau pas franchi pour la conduite autonome. Il contient le changement de voie semi-automatique et la préconisation anticipée de la vitesse. De mon point de vue, tout cela nous infantilise, mais malheureusement je ne fais ni les lois ni les voitures… Heureusement, on peut compter sur les ingénieurs châssis de Peugeot, dont l’équipe de la future Hypercar 9X8, qui a travaillé sur le projet de la 408 pour nous garantir un excellent toucher de route.

Au rayon des motorisations, vous avez pu lire plus haut qu’elle était disponible en version thermique. Seul un moteur thermique est proposé, pour l’instant et on ne sait pas encore s’il en existera d’autres dans l’avenir. Il s’agit du PureTech 3 cylindres 1.2 de 130 chevaux. Peut-être un peu léger pour un véhicule de ce gabarit, dont la sportivité extérieure est avérée et vantée. Le poids n’aide pas non plus, malgré le soin apporté à la réalisation de la voiture et le maître-mot efficience, on parle d’une masse minimale à hauteur de 1396 kg. Par chance, le PureTech devrait être peu gourmand. Les motorisations les plus vendues seront, sans aucun doute, les hybrides rechargeables. Deux échelles de puissance sont proposées, 180 et 225 chevaux. Le 180 chevaux hérite d’un moteur PureTech de 150 chevaux et le 225 d’un thermique de 180 chevaux. Ces deux moteurs bénéficieront de la même batterie de 81 kW. Quoiqu’il arrive, thermique ou hybride, la 408 reste une traction et reçoit une boîte automatique à 8 rapports, l’EAT8, garantissant une efficience certaine, puisque le terme est contenu dans son nom (EAT8 signifie Efficient Automatic Transmission 8 rapports). Une version 100% électrique arrivera dans quelques mois.

La 408 sera disponible en 6 teintes extérieures, dont deux inédites, le Bleu Obsession de présentation et le Gris Titane. Le Gris Artense sera seulement disponible en finition Allure. Enfin, les trois dernières, le Rouge Elixir, le Blanc Nacré et le Noir Perla Nera. Les 408 Européennes seront produites en France dans l’usine de Mulhouse. Pour le reste, elles seront assemblées dans l’usine de Changdu en Chine.  

Par Iwen

Passionné d'automobile de toutes époques, je suis étudiant à l'ITM Graduate School au Mans, avec pour objectif de travailler dans le domaine de l'automobile.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.