Catégories
Nouveautés

Citroën C5 X


Aller à contre-courant, innover, aller là où personne ne les attend ; voilà la raison de l’existence de Citroën. Parmi les modèles d’anthologie de cette marque au passé prestigieux, nous pouvons nommer la Traction, la DS, la 2CV et bien d’autres. Chacune aura régné dans le milieu de l’automobile pendant de nombreuses années. Mais depuis les années 2010…


Citroën a toujours fait des voitures confortables. La Traction était la voiture la plus sûre de son temps, tant et si bien que tout le monde se l’arrachait, des forces de l’ordre aux malfrats en passant par les personnes plus lambdas. La DS innovait avec un design totalement novateur, des suspensions hydropneumatiques et des phares directionnels, en 1960 ! Quant à la 2CV… tout le monde en a déjà vu. Elle a fait carrière au cinéma avec James Bond et Louis De Funès entre autres. Aujourd’hui, Citroën renouvelle toute sa gamme, qui en a bien besoin. Ses dernières innovations n’ont pas eu le succès escompté. Le C4 Cactus arrive en 2013 avec ses AirBumps, technologie mise au point par Citroën pour protéger des chocs des chariots au supermarché. Cette technologie obligeait un design peu flatteur.

En début de semaine, Citroën a dévoilé le C5 X.

C5, comme la 5ème génération de Corvette ? Non pas vraiment. C5 comme un repère dans la gamme. Il y a d’ores et déjà le C5 Aircross, un SUV de 4,5 mètres de long. Il mêle agrément de conduite de SUV et habitabilité de monospace. Mais celui qui nous intéresse là est le C5 X. Le X renvoie au concept CXperience dévoilé en 2016. Un concept qui préfigurait le futur de la marque, symbolisé ici par le C5 X.

Pour citer l’un de mes professeurs, « chaque produit crée son marché ». Chaque voiture constitue elle-même un marché, une offre. Et à bien y regarder, le C5 X est un peu le seul sur le marché… Pas vraiment une berline, il est trop haut, ni même un SUV coupé, il est trop bas. Mais alors quelle concurrence a-t-il ? Eh bien, c’est le fort de Citroën : aller sur un marché… qui n’existe pas. Le C5 X est un mélange des genres. La mode n’est plus aux berlines, à mon plus grand désarroi. Les clients ne veulent plus des design tricorps, jugés trop bas et peu compatibles avec une vie de famille. Alors ils se tournent vers les SUV… La mode est aux SUV donc il leur faut en faire un. Pour cela, ils ont d’ores et déjà le C5 Aircross, un SUV de taille plutôt importante. De plus, il ne faut pas faire de l’ombre à la jeune marque DS Automobiles qui compte justement sur les SUV pour se faire remarquer sur le marché du premium. Au sein même du segment du SUV, il y a un marché de niche, où BMW a été le précurseur, le SUV Coupé. Un concept loufoque : un mélange entre la berline, 1/3, et le SUV, 2/3. La carrosserie est donc plongeante à l’arrière et ampute quelques litres au coffre. Mais, d’un point de vue stylistique certains sont plus charmés que par les SUV jugés fades. Par la suite, BMW réitèrera en inversant les valeurs, mettant plus d’importance à la carrosserie berline qu’au SUV, ce qui donnera naissance aux Série 3, 5 et 6 GT. Elles sont un peu plus haut perchées que les berlines normales, accueillent un peu mieux les passagers. Et à mon sens, le C5 X se positionne en « concurrente » de la Série 6 GT, en moins premium.

Sans vouloir manquer de respect à Citroën, la marque ne peut que subir la comparaison avec BMW, qui est sur un marché plus premium que la française. D’ailleurs, Stellantis songe à faire de Citroën une marque low-cost, en concurrence avec Dacia. Une bien triste nouvelle pour tous les amoureux des chevrons…

Le C5 X est donc un mélange des genres. Un SUV berline break. Dit comme ça, ça ne fait pas envie. Mais regardez-là attentivement.

Si l’on peut reprocher à Renault un certain classicisme et aucune prise de risque d’un point de vue design, il est impossible d’en dire autant pour le design Citroën, d’autant plus pour ce C5 X. Depuis le nouveau C3 Aircross, Citroën a tourné la page de la fadeur des anciens modèles pour se tourner vers l’avenir. Ici, le C5 X reprend les derniers codes stylistiques Citroën, avec cette nouvelle signature lumineuse, initiée sur le CXperience Concept – encore lui. Deux barres de chrome qui courent le long du capot avant, incorporant les deux chevrons, et qui ont pour extrémités des barres leds en forme de V. Positionnez-les l’un au-dessus de l’autre et vous aurez le logo. De profil, le design me fait penser à la DS5, et donc à la DS originale. L’empattement gargantuesque de 2785 mm invite à entrer à bord du véhicule mais patience, il faudra attendre quelques lignes ! Même à l’arrière, le C5 X a une personnalité qui lui est propre. Un léger becquet arrière qui ne sert sûrement qu’au style, des feux très larges. Mais, comme il s’agit d’un break de nouvelle génération en quelques sortes, le coffre n’est pas aussi haut que celui d’un SUV basique. Ainsi, nul besoin de remonter les sacs de courses ou les bagages très haut. D’autant qu’il accueille 545 litres de rangement et jusqu’à 1640 litres une fois les sièges rabattus. Un bon point pour le C5 X. Allez, le suspense n’a que trop duré : allons à l’intérieur.

A l’avant, l’espace est, comme bien souvent, généreux. La tablette tactile grandit, comme partout, pour atteindre 12 pouces. Il trône fièrement sur le tableau de bord, se rapprochant du conducteur, tout en n’excluant pas le passager. La qualité de fabrication à l’air de s’être encore améliorée, et c’est tant mieux. Le volant demeure le même qu’à l’accoutumée chez Citroën. Les plus geeks seront ravis de trouver jusqu’à 4 ports USB. Et au rayon de la technologie, l’affichage tête haute préfiguré par le concept 19-19 fait ici sont entrée. Déjà vu sur les DS, la Night Vision fera son apparition chez Citroën également. Mais, pour moi, la vraie surprise de cette voiture vient des places arrière. Les portes arrière vous propulsent dans un écrin de cuir. Si la garde au toit n’a pas l’air de battre des records, l’espace aux jambes paraît amplement suffisant. Quant à la visibilité arrière, qui pêche parfois dans les SUV et autres berlines, ici elle semble bonne, voire très bonne, avec des ouvertures très larges.

Citroën a toujours fait des voitures très confortables, et il m’est impossible de penser que ce C5 X a fait l’impasse sur ce point. Bingo ! En effet, il inaugure une nouvelle version des suspensions actives Citroën. Ajoutez à cela les sièges qui portent le même nom et vous aurez une voiture des plus confortables. Ici, les chiffres de puissance ne sont pas aussi vendeurs que chez les marques allemandes. Les clients Citroën ne sont pas de ceux qui veulent 510 chevaux dans leur nouvelle monture, mais qui souhaitent seulement une puissance suffisante pour ne pas rester sur la voie d’insertion. Nous dirons ainsi que le C5 X propose une puissance pouvant aller jusqu’à 225 chevaux, en hybride. D’ailleurs, il est possible de rouler en tout électrique pendant environ 50 km. Le silence de l’électrique ajouté au confort Citroën fera du C5 X Hybrid un succès à coup sûr.

Finalement, le C5 X n’a presque que des avantages. Il sait recevoir comme peu le font, il fait voyager jusqu’à 5 personnes dans un silence de cathédrale et un confort de matelas après une nuit blanche. Original est le maître mot de ce C5 X qui veut renouveler un segment en perdition. Bonne route à lui !

Par Iwen

Passionné d'automobile de toutes époques, je suis étudiant à l'ITM Graduate School au Mans, avec pour objectif de travailler dans le domaine de l'automobile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s