Catégories
Discussion

Une voiture par pays


Après les USA, traversons l’océan Pacifique pour nous retrouver au Japon où les marques actuelles se comptent sur les doigts d’une main.


Flavien : Les marques mettent du temps à faire leurs voitures, pour qu’elles soient les plus parfaites possibles. La marque qui a commercialisée la voiture dont je vais parler n’avait jamais fait de supercar avant elle, et n’en fera sûrement pas dans les prochaines années, ou en tous cas, pas d’aussi intéressantes que la LFA. Pourquoi cette Lexus me plaît autant ? C’est très simple. Avant, tout le monde prenait Lexus pour une marque de vieux, une marque qui ne commercialise que de lourdes berlines. Avec la LFA, ça a changé. Ils sont devenus des magiciens, avec l’un des moteurs les plus fameux du monde automobile. Le dessin n’est pas des plus innovants. Il estsimple, sobre, avec une recherche aérodynamique bien évidemment. Ne parlons pas de l’intérieur, il est lourd, très Lexus. Encore une fois, les V10 se font de plus en plus rares, les marques privilégiant les V12 ou les V8, pour la masse plus basse. Mais ce V10, il aurait pu symboliser le chant du signe des moteurs atmosphériques que ça ne m’aurait pas dérangé.Assemblé par Yamaha, le 4.8l développe 560 chevaux et 480 nm de couple, associé à une boîte robotisée à 6 rapports. Le 0 à 100 km/h, en 3,7 secondes, est tout à fait respectable, mais ce n’est vraiment que pour son moteur que je la choisis. Si les Lamborghini jouent parfaitement bien la partition, il est tout bonnement impossible de sonner aussi bien que ce virtuose qu’est ce V10. Il n’est pas criard comme une Lambo, il n’est pas rocailleux comme une Viper, il est parfait comme une LFA !

Iwen : Beaucoup aiment les voitures japonaises. Personnellement, je n’en suis pas fan. Cependant, je suis d’accord, c’est un pays regorgeant de voitures exceptionnelles, notamment celle que je vais vous présenter. On l’appelait la Ferrari Japonaise, Gordon Murray disait qu’elle avait les meilleurs trains roulants de la production, le légendaire Ayrton Senna a aidé à la mise au point de cette supercar. Je veux bien sûr parler de la NSX, pour New Sport Experience. Peut-être la seule sportive sortie pendant les années 90 qui ne cherche pas à paraître dans le Guiness Book des records à la page des voitures les plus rapides du monde en vitesse de pointe, à l’inverse de la McLaren F1 par exemple. La NSX promet des performances incroyables sur circuit, comme une Ferrari, sa seule véritable concurrente. Son V6, placé en position centrale arrière, compte entre 274 et 294 chevaux associé à une boîte manuelle à 5 rapports, permettant, avec son poids de 1350 kg, un 0 à 100 km/h en 5,9 secondes. Cela peut paraître beaucoup pour aujourd’hui mais elle est sortie il y a maintenant 3 décennies ! Et elle demeure encore aujourd’hui un véritable bijou technologique, encore respectée par nombre de Ferraristes. Et dire que certains l’utilise pour aller au boulot avec. Ça prouve que les passionnés existent encore ! Ouf !

Par Iwen

Passionné d'automobile de toutes époques, je suis étudiant à l'ITM Graduate School au Mans, avec pour objectif de travailler dans le domaine de l'automobile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s